Notre newsletter hebdomadaire du lundi 28 septembre au dimanche 04 octobre 2020

0
82

A la Une : Simone Gbagbo affirme que Laurent Gbagbo a le droit de revenir dans son pays, le Sénégalais Sadio Mané positif au coronavirus, les Angolais dans la rue contre la corruption, la Côte d’Ivoire inaugure son stade olympique à Ebimpe, la signature qui scelle le traité de paix au Soudan, explosion des cas de paludisme au Nord-Mali, le Maroc et les Etats-Unis signent un accord de coopération militaire, les Oromos célèbrent Irreechaa en Ethiopie

1. Depuis son amnistie par le président Alassane Ouattara, Simone Gbagbo se fait rare dans les médias. Dans un entretien exclusif accordé à France 24 depuis Abidjan, elle revient sur la présidentielle du 31 octobre en Côte d’Ivoire. Elle estime que la candidature du président sortant est anticonstitutionnelle et que son époux, l’ancien président Laurent Gbagbo, qui est actuellement en liberté conditionnelle en Belgique dans l’attente d’un procès en appel devant la CPI, “a le droit de revenir dans son pays”. Dans un entretien exclusif accordé à France 24 depuis Abidjan, Simone Gbagbo, deuxième vice-présidente du Front Populaire Ivoirien (FPI) et épouse de l’ancien président Gbagbo, estime que la candidature à un troisième mandat du président sortant, Alassane Ouattara, est anticonstitutionnelle et qu’il doit la retirer. Elle affirme soutenir les appels à la “désobéissance civile” lancés par l’opposition, ajoutant que les conditions pour une élection transparente ne sont pas réunies. Selon elle, une véritable alliance de l’opposition s’est formée contre cette élection, prévue le 31 octobre. “Le report de la présidentielle s’impose”, assure-t-elle.

2. Sadio Mané a été testé positif au coronavirus. L’international sénégalais, placé à l’isolement, présente des symptômes mineurs du virus. C’est son club de Liverpool qui a communiqué la nouvelle vendredi soir. Sadio Mané reste sur un début de saison parfait avec 3 buts inscrits en 3 matches de Premier League, le dernier lundi lors de la victoire des Reds sur Arsenal. Le meilleur joueur africain 2019 est le deuxième élément de Liverpool touché par le virus après la recrue Hispano-brésilienne, Thiago Alcântara.

3. Ils étaient près de 200 a manifester samedi à Luanda pour réclamer le départ d’Edeltrudes Costa, un proche du président angolais Joao Lourenço. Un mouvement de colère qui intervient après q’une télévision portugaise ait accusé Costa de détournement de fonds publics. Selon la télévision TVI, plusieurs contrats publics dont le juteux contrat de la rénovation des aéroports angolais, aurait été confié à des entreprises dirigées par le bras droit du président. Celui ci aurait alors transféré ces fonds publics sur des comptes offshore, qui aurait servi à acquérir des propriétés luxueuses.

4. C’est le nouveau joyau du sport ivoirien. Samedi le président Alassane Ouattara a inauguré son nouveau stade olympique construit avec l’aide de la Chine, à Ebimpe. Situé en périphérie de la capitale Abidjan. les 60 000 places du stade d’Ebimpe en feront le plus grand stade de Côte d’Ivoire. Environ 50 000 personnes sont venus assister à la cérémonie d’inauguration, un grand spectacle de danse et musique en vue de la Coupe d’Afrique des Nations de football de 2023. Le stade devrait accueillir le match d’ouverture de la compétition. La construction de ce stade à Ebimpe valorisera également la zone d’Anyama, au Nord de la ville où doit déboucher la première ligne de métro de la capitale, dont la construction ne cesse d’être repoussée. Le stade et les installations annexes (piscine et cité olympiques, hôtel…) ont coûté 143 milliards de francs CFA (218 millions d’euros), selon les autorités ivoiriennes, dont 63 milliards FCFA financés par la Chine, très présente économiquement dans ce pays d’Afrique de l’Ouest.

5. Les autorités de transition du Soudan et la coalition rebelle ont signé samedi l’ accord de paix qui vise à mettre fin à des décennies de guerre civile dans le pays. Cette signature officielle a scellé le traité de paix conclu fin août, après une année de pourparlers, entre le gouvernement de transition et le Front révolutionnaire soudanais. La cérémonie a été diffusé à la télévision pour marquer l’accord. Parvenir à une entente négociée avec les rebelles dans les provinces éloignées du Soudan, a été un objectif crucial pour le gouvernement de transition, qui a pris le pouvoir après qu’un soulèvement populaire ait conduit l’armée à renverser le président Omar al-Bashir en avril 2019. Le général Mohamed Hamdan Dagalo ou Hemedti, le chef militaire adjoint du gouvernement de transition soudanais, a signé au nom de Khartoum ce traité. Les dirigeants régionaux et les représentants de l’Union européenne et des Nations unies ont également assisté à la cérémonie de signature. L’accord promet d’intégrer les combattants rebelles dans l’armée nationale ainsi que de déléguer une partie de l’autorité aux régions. Les dirigeants civils soudanais espèrent également qu’il permettra relancer l’économie du pays tout en réduisant les dépenses militaires, qui absorbent une grande partie du budget national. L’accord suscite toutefois des craintes, car deux puissants groupes rebelles – le Mouvement de libération du Soudan et le Mouvement populaire de libération du Soudan-Nord – ne sont pas parties à l’accord.

6. C’est une maladie qui fait des ravages dans le Nord du Mali. Sur les neufs premiers mois de l’année, le nombre de cas de paludisme a explosé dans les cinq régions septentrionales. Entre le 21 et le 27 septembre, ce sont près de 13.000 cas de paludisme qui ont été enregistré, une hausse de 88% par rapport à la semaine précédente. La faute à une saison des pluie plus importante dans le Sahel. Selon les services de santé, en moins d’une semaine 23 personnes sont mortes du paludisme dans le Nord du pays. Le bilan dans le Nord du pays atteint désormais les 59 morts. Une hausse des contaminations constatée par les services de santé communautaires. “Nous dans notre commune, dans notre centre de santé communautaire, auparavant on pouvait faire 8 mois sans avoir juste un cas de paludisme confirmé”, explique le Docteur Mahamadou Sangaré, du centre de santé communautaire d’Agelhoc, dans le cercle de Tessalit. Mais pratiquement en deux semaines nous on a reçu plus de 250 cas de paludisme confirmés. Donc vraiment c’est incroyable et vraiment il ne faut pas négliger ces taux-là” alerte le docteur.

7. Le Maroc et les Etats-Unis signent un accord de coopération militaire. Après la Tunisie et l’Algérie, le secrétaire américain à la défense Mark Esper a terminé sa tournée en Afrique du Nord, en rendant visite au ministre des affaires étrangères marocain Nasser Bourita. Le but de cette coopération militaire est de renforcer la lutte contre les djihadistes en Libye et au Sahel. Comme avec la Tunisie, deux jours plus tôt, les Etats-Unis signent avec le Maroc un accord de dix ans qui confirme que Washington considère le royaume comme un allié clé, dans cette région déstabilisée par des années de conflit. Une visite qui a permis de consolider encore un peu les relations entre les Etats-Unis et le Maroc, qui accueille déjà le plus grand exercice militaire conjoint annuel des États-Unis en Afrique, “African Lion” – bien que celui-ci ait été annulé cette année en raison de la nouvelle pandémie de coronavirus.

8. Le plus grand groupe ethnique d’Éthiopie, les Oromo célèbre la fête annuelle de l’Irreechaa. Dans un contexte de sécurité renforcée et avec une foule réduite, en raison de la pandémie de Covid-19. C’est avec un masque sur le nez et leur vêtement blanc aux couleurs du drapeau, que les musulmanes ou protestantes oromos sont venus, comme chaque année, reprendre symboliquement et pacifiquement leur capitale Adis Abeba. Autour des bassins installés pour l’occasion, dans le centre-ville de la capitale, certains s’aspergent d’eau pour recevoir la traditionnelle bénédiction du dieu Waqa.

Bonne lecture. 

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here