Côte d’Ivoire : le chanteur ivoirien DJ Arafat, le roi du « coupé-décalé »

0
56

Cela fait un an, le 12 août 2019, le chanteur ivoirien DJ Arafat, star du « coupé-décalé », décédait dans un accident de moto, à 33 ans, sur une route d’Abidjan.

Fils de Tina Glamour (aussi appelée Tina Spencer) et de Pierre Huon « Wompi », Ange Didier Huon est né le 26 janvier 1986. Dans les débuts du mouvement coupé-décalé, le DJ officiant dans l’un des plus grands maquis abidjanais dénommé “Le Shangaï” est repéré par le jeune producteur Roland Le Binguiste qui l’emmène en studio.

C’est ainsi qu’il sort une œuvre discographique qui le révèle au grand public grâce au morceau “Hommage à Jonathan”, en 2003, dont une partie du clip a été réalisé à Abidjan avec la présence de feu Douk Saga et Mulukuku DJ.

Très jeune, Didier Houon avait beaucoup d’amis libanais à Abidjan, qui le surnommaient sans cesse Yasser Arafat, l’ancien dirigeant du Fatah et de l’Organisation de libération de la Palestine. Car en effet, on lui attribuait le tempérament du dirigeant du Fatah. Il a décidé de faire de ce surnom son nom de scène.

DJ Arafat était « un monument de la musique ivoirienne », « il donnait des concerts dans toute l’Afrique », a témoigné Ozone, un producteur de hip-hop et animateur de télévision. « Il avait un charisme naturel », « il restera une force pour la musique ivoirienne et africaine », a-t-il jugé. DJ Arafat était né dans le milieu de la musique. Sa mère était une chanteuse connue et son père un ingénieur du son réputé, a précisé le manager : « C’était un artiste très exigeant, il travaillait beaucoup. » Il avait débuté au début des années 2000 comme DJ dans les clubs de la rue Princesse à Yopougon, un des hauts lieux de la nuit abidjanaise, et s’était rapidement fait connaître.

« Il avait un son particulier, il a accéléré le coupé-décalé et il a apporté une autre façon de danser, spectaculaire », a souligné Skovik. « Il était aussi doué pour le marketing, il faisait le buzz, il fallait toujours qu’on parle de lui, il a toujours voulu être à la page. » Parmi ses tubes, on peut retenir « Kpangor » (2005), « Zoropoto » (2011), « Enfant béni » (2018). Son dernier single s’intitulait « Moto moto ».

En 2014, il avait annoncé sa signature chez Universal sur le label de Maître Gims. Il était alors l’un des dix artistes africains à figurer sur une major mondiale.

Enfin, avec dix albums studio sortis, Dj Arafat avait gagné ses lettres de noblesse en collaborant avec des artistes de tout le continent. Et en Côte d’Ivoire, il s’était affiché aux côtés de jeunes rappeurs, comme le groupe Kiff No Beat, ici, avec un single « Approchez, regardez », tube de l’été 2016. Avec ses différentes récompenses engrangées au cours de la première cérémonie des Awards du coupé-décalé et son titre officiel, il savait qu’il était attendu au tournant dans une période très inspirante. Aujourd’hui, la musique afro-urbaine pleure un de ses leaders.

vonews.net

LEAVE A REPLY

Please enter your comment!
Please enter your name here