Le secrétaire général de l’ONU a reconnu mercredi qu’un nettoyage ethnique était en cours en Birmanie et a appelé les autorités birmanes à « suspendre les activités militaire et la violence » contre les Rohingyas.

Le secrétaire général de l’ONU, Antonio Guterres, a appelé la Birmanie, mercredi 13 septembre, à suspendre ses opérations militaires contre la minorité des Rohingyas, qui sont déjà plus de 400 000 à avoir fui les exactions pour se réfugier au Bangladesh voisin.

« J’appelle les autorités de Birmanie à suspendre les activités militaires et la violence et à faire respecter la loi », a déclaré Antonio Guterres, au cours d’une conférence de presse.

Et lorsqu’un journaliste lui a demandé si ce qui était en cours pouvait être qualifié de nettoyage ethnique, ce dernier a rétorqué : « Quand un tiers de la population Rohingya doit fuir le pays, pensez-vous pouvoir trouver un meilleur mot pour décrire » la situation ?

France24 avec AFP

LAISSER UN COMMENTAIRE